L’âme d’un pays

« – Comment fais-tu Loedi pour jouer de la musique sur cette harpe cassée ?

– J’y arrive car la musique que je joue représente l’âme d’un pays: c’est l’hymne ukrainien.

– Je ne comprends pas…

– À l’image de cette harpe, même si tout est détruit, pillé et ravagé autour de toi, n’oublie jamais que l’âme d’un pays et celles de ses héros sont immortelles… Garde espoir Choco, garde foi en l’avenir.  »

_

Душа страны

« – Как играть музыку на этой сломанной арфе?

– Я делаю это потому, что музыка, которую я играю, представляет собой душу страны: это гимн.

– Я не понимаю…

Подобно этой арфе, даже если все вокруг разрушено, разграблено и опустошено, никогда не забывайте, что душа страны и ее герои бессмертны… Сохраняйте надежду, Чоко, сохраняйте веру в будущее. »

PS: Pourquoi Kharkiv et non une autre ville ukrainienne ? Car le dessin est réalisé d’après une photo. Celle d’Alina qui est partie de chez elle lorsque un obus est tombé devant sa maison. Elle vit aujourd’hui à Paris et tente de garder espoir en l’avenir.

_

Почему Харьков, а не другой украинский город? Потому что рисунок основан на фотографии. Алина покинула свой дом, когда перед ее домом упал снаряд. Сейчас она живет в Париже и пытается сохранить надежду на будущее.

 

Les chats momifiés du Louvre

Choco et Loedi voulaient visiter ensemble le Louvre mais comme tout musée, ce dernier est interdit aux chiens. C’est ainsi qu’ils décidèrent de s’y rendre la nuit, à l’insu de tous:

« -Comme le Louvre est grand… voilà des heures que nous déambulons et je crois que nous sommes perdus Loedi.

-Oui Choco à moins que… regarde ce panneau: nous entrons dans le département des antiquités égyptiennes ! L’égyptologie est passionnante ! Savais-tu que… quelque chose a bougé n’est-ce pas ?

-Oui et apparemment ça s’approche…. Partons d’ici Loedi…

-Oh ! Ce sont des momies de chats ! Regarde Choco ! C’est incroyable !

-Oh non pas les chats ! Demi-tour Loedi !

-Attends Choco, je crois qu’ils essaient de nous dire quelque chose…

-Non non Loedi… partons ! J’en ai des frissons… Regarde leurs ombres…. Elle ne sont pas rattachées aux momies…

-Ce serait… les fantômes des chats momifiés ?!

Le temps d’un souffle coupé, l’effroi envahit Loedi et Choco qui s’enfuirent à toute berzingue. Leurs cris n’avaient d’égal que leur peur et ils résonnèrent jusque dans la cour du Louvre !

Dialogue de sourds entre Loedi et Victor-Hugo

Lors d’un dimanche de janvier ensoleillé, Loedi s’installe dans le jardin du musée Rodin face à l’imposante statue de Victor Hugo.

Quand soudain, cette dernière se met à parler…

« – Que fais-tu Loedi ?

⁃ J’essaie de vous dessiner Monsieur Hugo.

⁃ Ce n’est pas très ressemblant.

⁃ Mais je leur ai dit que je ne sais pas dessiner les sculptures…

⁃ Ne pouvais-tu pas choisir un autre modèle ? Pourquoi moi si c’est pour mal me dessiner ?

⁃ C’est à dire… les marches devant-vous me permettent de m’asseoir et de m’installer confortablement…

⁃ Quelle effrontée ! Moi qui pensais que c’était pour me faire honneur, par admiration pour ma personne et mon œuvre !

⁃ Pardon…. Oui bien sûr ! Ne vous fâchez pas Monsieur Hugo, il n’est finalement pas si mal mon dessin, regardez !

⁃ Hum… c’est quoi ce fond coloré que tu as mis derrière nous ?

⁃ Ce sont les décors du défilé Dior qui a eu lieu dans le jardin du musée: de grandes broderies réalisées par des artistes indiens où l’on retrouve Shiva et …

⁃ Shiva ? Connais pas… mais j’aime bien les couleurs. Pourquoi tu ne m’as pas mis des couleurs à moi ?

⁃ Parce que vous êtes tout de marbre Monsieur Hugo… de marbre blanc.

⁃ Je veux des couleurs.

⁃ Sur le dessin ? Mais…

⁃ Bien sûr que non…. Je veux des couleurs là en vrai ! Peins-moi ! J’en ai assez d’être en blanc ! Prends tes couleurs et mets toi au travail tout de suite !

⁃ Mais… je ne peux pas… c’est interdit !

⁃ Interdit ? M’interdire à moi le grand et célèbre Victor Hugo ? Quel affront ! J’exige des couleurs tout de suite !

⁃ Mais….

⁃ Des couleurs ! Arrête de répondre et mets toi au travail !

⁃ …

⁃ Loedi ? Où vas-tu ? Reviens tout de suite ! Loedi ? Loedi !!! Je veux des couleurs ! Reviens ! Loedi !!! »

Mais où est passée Loedi ?

Une cabane de berger en pierre sèches avec une couverture de laine en guise de porte… un petit poêle à bois auprès duquel Choco et Loedi se réchauffent et préparent leur repas, un duvet à même le sol… et c’est tout.

Ce matin, les rayons du soleil sont restés cachés derrière un océan de nuages. Le vent se déchaîne et les collines se retrouvent bientôt enveloppées d’un manteau cotonneux et blanc.

C’est alors que tombent les premiers flocons. Timidement au début, ils laissent rapidement la place à une véritable tempête de neige.

Loedi sort dehors et accueille le vent, la neige, la tempête. Elle reçoit en elle toute cette énergie, cette force sauvage qui emporte avec elle toutes les blessures passées et l’imprègne d’une force nouvelle.

Revigorée, l’âme apaisée et réconfortée, Loedi ressent à nouveau dans chaque parcelle de son être combien la vie est belle…

Au pays des cèdres

Beaucoup vous diront que c’est un petit pays mais il n’en est rien.

Si seulement ils avaient pris la mesure au rythme de leurs pas… ils ne vous auraient plus dit la même chose.

Bienvenue au Liban !

Venez, je vous emmène marcher avec Loedi et P’tit Jo au cœur des montagnes !

Nous suivrons les marques pourpres et blanches du « Lebanese Mountain Trail » (L.M.T.), le premier chemin de grande randonnée au Liban.

Pourquoi la couleur pourpre ? Car le pourpre de Tyr (ville côtière au sud du Liban) est une teinture rouge violacée fabriquée à partir de mollusques, dont l’invention est attribuée aux Phéniciens.

La tente dans le sac à dos et le carton à dessin sous le bras, nous marcherons pendant huit jours, de la réserve naturelle de Horsh Ehden jusqu’au village de Baskinta. Du nord vers le sud, au cœur des montagnes chrétiennes.

Vous êtes prêts ? C’est parti…

Elles sont uniques à nos yeux et nous les aimons tant…

Les joies du printemps

Avec l’arrivée des beaux jours, voici le retour des semis !

Cette année, ce sont les haricots qui sont à l’honneur, au côté des tomates, poivrons et capucines !

Ils prendront bientôt place à côté des plants de fraisiers, origan et citronnelle, aux pieds du framboisier, mûrier et myrthillier !

Et vous, qu’avez vous planté cette année ?

La rencontre avec le poulpe

Loedi découvre une ville engloutie dont les toitures en zinc ne lui sont pas inconnues.

Soudain… une tentacule géante s’enroule autour de son pied et la tire vers l’intérieur !

Loedi tente de résister en s’agrippant à une cheminée mais en vain, le métal rouillé cède et la voici aspirée dans l’antre du poulpe.