Le Carrousel

Loedi et Choco profitèrent de cette belle journée d’automne pour aller se promener dans le parc de Bercy.

Loedi s’émerveillait devant les arbres dont le feuillage virait doucement vers le jaune orangé. Elle ramassa plusieurs feuilles mortes de différentes formes et couleurs et trouva un banc où elle s’installa pour les dessiner.

Choco las d’attendre, se laissa facilement distraire par tout ce qui l’entourait:

 » Quelle est donc cette odeur au pied du lampadaire ? Et sur cet arbre ? Voici une autre odeur inconnue… si je sentais d’un peu plus près… ce pourrait-être un copain chien dans les parages ? Oh ! Un papillon ! Où va t-il ? Je vais le suivre… Tiens… ça brille, qu’est ce que c’est ? Un papier de biscuit ! Oh… il reste même un morceau… délicieux ! J’ai perdu de vue le papillon… je ferais mieux de continuer à renifler… peut-être vais-je trouver un autre biscuit… Waouh une balle ! J’adore les balles ! Elle est en plastique… un peu difficile à attraper mais je la tiens bien ! Eh bien, c’est qui le champion ? C’est Choco !!! Qui est cet enfant qui arrive vers moi en courant ? Oh… ce doit être sa balle… je ferais bien de la lui laisser avant de m’attirer des ennuis. J’ai faim… Loedi a peut-être quelque chose de gourmand à partager… »

Mais Choco retrouva le banc vide, sans personne !

« Où est Loedi ? Ne paniquons- pas… ma truffe… voyons voir où me conduit son odeur… là elle a tourné à droite … concentre-toi Choco… Tu es en mission pour retrouver Loedi…  »

La truffe collée au sol, Choco suivit pas à pas la trace de Loedi jusqu’à un magnifique Carrousel à l’orée du parc. La musique du manège créait une ambiance féerique. Les chevaux de bois mais aussi le lapin et l’éléphant, tournoyaient et les couleurs vives égayaient autant les petits que les grands. Mais Choco ne voyait toujours pas Loedi.

« Loedi où es-tu ? »

Le manège fit plusieurs tours avant qu’il n’aperçut Loedi lui faisant coucou depuis le carrosse !

 » Loedi ! Moi aussi je veux faire un tour » !

« – Chocooooo ! Rejoins-moi ! Nous ferons un tour de manège ensemble et après nous irons manger une gaufre ! »

Choco ne se le fit pas dire deux fois…

 

 

Un tympan perforé pour une vue imprenable

– Loedi pourquoi venir au Centre Pompidou puisque ni toi ni moi n’aimons vraiment l’art moderne ?

Choco ne reçu pour toute réponse qu’un  grand sourire puis Loedi s’élança dans les escalators. Un étage… deux puis trois… quatre… cinq…..six !

Arrivés au sixième, Loedi traversa l’étage sans s’attarder devant les nombreuses peintures et sculptures. Choco trottinait derrière elle et ensemble ils arrivèrent sur une immense terrasse.

Là, des hauts-parleurs étaient disposés le long de la rambarde et diffusaient … comment dire ? Du son ? Du bruit ? Certainement pas de la musique.

– Loedi que faisons-nous ici ? Cette installation sonore me crève les tympans !

– Je suis d’accord Choco mais je ne t’ai pas emmené ici pour ça. Fais abstraction du bruit et rapprochons-nous du bord…. Là tu vois ?

– Whaouuu la tour-Eiffel ! Et là-bas l’Arche de La Défense ! Et oh voilà Montmartre !

– Oui ! Et là en-bas c’est Saint-Eustache. Et si tu regardes de ce côté, tu verras aussi l’Hôtel de Ville et Notre-Dame.

– C’est magnifique Loedi !

– Allez viens Choco, retournons à l’intérieur maintenant.

– Attends attends…. Je voudrais continuer à en profiter encore un peu, c’est la plus belle vue de Paris que je connaisse !

– Hahahaha ! Tu vois Choco, tu as réussi à oublier le bruit !

PS: Et non… la vidéo n’a pas de son. Choco vous assure que c’est mieux ainsi !

L’âme d’un pays

« – Comment fais-tu Loedi pour jouer de la musique sur cette harpe cassée ?

– J’y arrive car la musique que je joue représente l’âme d’un pays: c’est l’hymne ukrainien.

– Je ne comprends pas…

– À l’image de cette harpe, même si tout est détruit, pillé et ravagé autour de toi, n’oublie jamais que l’âme d’un pays et celles de ses héros sont immortelles… Garde espoir Choco, garde foi en l’avenir.  »

_

Душа страны

« – Как играть музыку на этой сломанной арфе?

– Я делаю это потому, что музыка, которую я играю, представляет собой душу страны: это гимн.

– Я не понимаю…

Подобно этой арфе, даже если все вокруг разрушено, разграблено и опустошено, никогда не забывайте, что душа страны и ее герои бессмертны… Сохраняйте надежду, Чоко, сохраняйте веру в будущее. »

PS: Pourquoi Kharkiv et non une autre ville ukrainienne ? Car le dessin est réalisé d’après une photo. Celle d’Alina qui est partie de chez elle lorsque un obus est tombé devant sa maison. Elle vit aujourd’hui à Paris et tente de garder espoir en l’avenir.

_

Почему Харьков, а не другой украинский город? Потому что рисунок основан на фотографии. Алина покинула свой дом, когда перед ее домом упал снаряд. Сейчас она живет в Париже и пытается сохранить надежду на будущее.

 

A la Bastille !!!

Parez à l’abordage !

Aujourd’hui Loedi se prend pour un pirate ! Prête à partir à l’assaut des plus grands trésors de ce monde et à affronter toutes les tempêtes qui oseraient se dresser devant elle et son fidèle matelot Choco.

Mais où Loedi peut-elle bien être ?

Au port de l’Arsenal bien-sûr ! Avec vue sur la Bastille droit devant !

 

Loedi et les coco’s birds

Connaissez vous les coco’s birds ? Non ? N’en avez-vous jamais aperçu dans le ciel de Paris ?

Quel dommage… ils sont si incroyables !

Laissez-moi vous expliquer comment s’y prend Loedi. Et si vous suivez ces conseils…. peut-être les verrez-vous un jour !

Premièrement, vous devez savoir que les coco’s birds détestent le froid et le mauvais temps. A Paris… ça limite beaucoup les opportunités me direz-vous, mais ne désespérez-pas: le meilleur moment dans l’année se situe en juillet, août pendant ces deux à trois semaines de canicule, quand nous rêvons d’un cocktail sur une plage bordée de cocotiers… et que nous n’avons rien d’autre que nos chers immeubles haussmanniens.

Deuxièmement, pour optimiser vos chances, vous devez savoir que les coco’s birds sont de grands gourmands: ils adorent les fruits de toutes les couleurs, bien mûrs de préférence. Ils peuvent en manger des quantités en un rien de temps ! Si vous voulez avoir la chance de les voir de près, faites comme Loedi et appâtez les avec une énorme corbeille de fruits !

Troisième et dernier point important, les coco’s birds n’ont qu’une seule patte et deux très grandes ailes. Ils ne sont donc pas très agiles et ne peuvent pas se poser n’importe où sans risque d’endommager leurs ailes si délicates. Pour leur donner envie de se poser à vos côtés, ajoutez à proximité de la corbeille de fruits, des perches assez longues et stables qui leur donneront un perchoir idéal. Comme Loedi, vous pouvez aussi opter pour de véritables troncs de cocotiers mais c’est un peu plus difficile à mettre en place.

Maintenant que vous savez tout… pensez à grimper sur les toits de Paris l’été prochain et partir à la découverte des coco’s birds !

Elles sont uniques à nos yeux et nous les aimons tant…